Saint-Louis, roi d’éternité

Publié le 17 Octobre 2013

Saint Louis rendant la justice sous son chêne. Vitrail de Notre-Dame-La-Grande (Poitiers).

Saint Louis rendant la justice sous son chêne. Vitrail de Notre-Dame-La-Grande (Poitiers).

Sa légende a couru jusqu’à nous, sans s’interrompre, en dépit des vicissitudes de l’histoire. C’est à Poissy qu’il naquit et c’est devant Tunis qu’il rendit l’âme, loin de sa terre et loin des siens. Cinquante-six années qui, de 1214 à 1270, devaient à jamais marquer l’âme, l’esprit et l’imaginaire de notre pays. La noblesse, pourtant, ne se pressait pas lors de son sacre, à Reims en 1228. Il faut dire que le mécontentement gronde, au sein de cette dernière, à l’encontre de la régence de Blanche de Castille - une mère possessive dont « Louis de Poissy », comme il aime à se faire appeler en privé, parviendra cependant à s’émanciper avec le temps, l’âge et l’expérience faisant.

A Royaumont comme à Saint-Germain-en-Laye ou à Paris s’édifieront bientôt, sous son impulsion, abbaye et chapelles, dans le bouillonnement intellectuel et philosophique de ce XIIIème siècle effervescent. Les auteurs grecs de l’Antiquité sont alors amplement étudiés, notamment grâce à Saint Thomas d’Aquin et Albert le Grand. En 1257, Robert de Sorbon, chapelain du Roi, fonde un collège destiné à accueillir les étudiants pauvres du royaume. Louis IX fait don de plusieurs maisons du Quartier latin à l’institution naissante, avec les développements que l’on connaît. Comme pour sa bibliothèque, qu’il a créé en 1254, Louis IX, jamais, ne négligea les activités de l’esprit.

Roi croisé à deux reprises (en 1244 et 1267), le futur Saint-Louis se distingue également sur la scène européenne, toujours en quête de justes compromis sans jamais perdre de vue l’équilibre territorial ainsi que les intérêts premiers du royaume de France : ce sera le traité de Corbeil (1258) avec Jacques Ier d’Aragon, suivi du traité de Paris, l’année suivante, avec Henri III d’Angleterre.

Les modestes et les humbles, qu’il affectionnait tant, seront au besoin défendus par le droit: la grande enquête de 1247, qui recense les abus commis par ses agents à l’encontre de ses sujets, précède la Grande ordonnance de 1254 qui les corrige. L’action politique, chez Louis IX, ne se dissocie pas d’une exigence spirituelle toute chrétienne basée sur la recherche de l’ordre, de la justice et du bien.

2014 : année Saint-Louis. Voilà que rayonnent toujours, 744 ans après la fin de son règne, le faisceau de valeurs ainsi que l’exigence éthique qui portèrent l’existence du Roi Très Chrétien, canonisé en 1297. Un roi d’éternité en somme, dont la figure imperturbable continue d’interroger et surtout de guider.

Rédigé par Guillaume DURAND

Publié dans #Vie de l'association

Repost 0
Commenter cet article