Il y a 1700 ans naissait saint Martin en Hongrie !

Publié le 4 Janvier 2016

Il y a 1700 ans naissait saint Martin en Hongrie! En effet, le célèbre évêque de Tours, soldat de l’empire romain qui partage son manteau avec un pauvre d’Amiens, n’est pas né en France mais à Szombathely, en Hongrie, près de l’Autriche.

Saint Martin va passer son enfance à Pavie dans le nord est de l’Italie. C’est là, que pour la première fois, il rencontre des Chrétiens et pense, à 12 ans, se faire baptiser. Mais il va devenir soldat dans l’armée romaine. C’est avec elle qu’il parcourt l’Europe. En garnison à Amiens, il fait alors ce geste resté célèbre de donner la moitié de son manteau à un pauvre. Le lendemain, il a la grâce de voir le Christ revêtu de cette moitié de manteau. Il quitte ensuite l’armée et se fait baptiser. Il vient alors en France et fonde une communauté monastique à Ligugé près de Poitiers. C’est de là que les tourangeaux le tirent pour en faire, contre son gré, leur évêque. Il exerce son ministère épiscopal de manière particulière. En effet, il ne réside pas dans sa ville épiscopale mais avec des compagnons à Marmoutiers, ne venant à Tours que pour les célébrations qui le requiert. Il n’est pas sûr qu’il ait réellement gouverné son diocèse, mais il prêche et fait des miracles qui le rendent célèbre. Il parcourt la Gaule et va jusqu’à Trêve où il rencontre l’Empereur. Il refuse les honneurs et ne se laisse pas impressionner par les grands de ce monde. Il lutte contre les pratiques païennes encore nombreuses. Il est surtout très attentif aux pauvres. La scène du pauvre d’Amiens se reproduit durant son épiscopat.

Quand on lit la vie de saint Martin, à bien des reprises, on a l’impression de voir le pape François dans sa manière de vivre à sainte Marthe et dans son souci des pauvres et de ceux qui sont à la périphérie de l’Eglise.

Bien sûr, je vois un signe de la Providence dans cette coïncidence entre l’année de la miséricorde voulue par le Saint Père et l’année Saint Martin qui s’ouvrent presque le même jour (8 Décembre et 11 Novembre). Saint Martin a été appelé bien des fois, en raison de sa grande charité pour les pauvres, "l’apôtre de la miséricorde". Il est une belle figure fondatrice de l’Europe qui nous est donnée en cette année jubilaire, à côté des figures plus récentes de Padre Pio, Mère Teresa. Mais en quelque sorte, il en est la synthèse, étant à la fois acteur de la charité et évêque. Il a accompli les œuvres de miséricorde (souci des pauvres, résurrections de morts) tout en apportant par la prédication, l'évangélisation et l’administration des sacrements, le salut, non seulement à ses diocésains mais dans de nombreux pays d’Europe qui gardent précieusement son souvenir (Hongrie, Slovaquie, Autriche, Allemagne et bien sûr, France).

Aussi, que saint Martin soit durant cette année de la Miséricorde qui va s’ouvrir, notre lumière sur notre chemin de conversion qui doit entrainer un engagement renouvelé envers ceux qui souffrent !

Abbé Xavier Snoëk, curé de la paroisse Sainte-Élisabeth de Hongrie (Paris 3ème)

Rédigé par Association Oriflammes

Publié dans #Année Saint-Martin 2016

Repost 0
Commenter cet article