Publié le 24 Décembre 2015

Chers amis,

A moins de 6 mois de notre procession du samedi 21 mai 2016 en l’honneur de saint Martin, nous vous rappelons la liste des paroisses qui ont rejoint ce nouvel événement :

Paroisse Saint-Germain l'Auxerrois (Paris 1er)
Paroisse Sainte-Elisabeth de Hongrie (Paris 3ème)
Aumônerie des Irlandais de Paris (Paris 5ème)
Paroisse Saint-Eugène-Sainte-Cécile (Paris 9ème)

Mission hongroise de Paris (Paris 10ème)
Eglise Notre-Dame d'Egypte (Paris 10ème)
Eglise Notre-Dame de Chaldée (Paris 18ème)

Par ailleurs, nous vous informons de la date de notre prochaine réunion publique, au cours de laquelle sera officiellement lancée la procession en l’honneur de saint Martin :

Samedi 9 Janvier 2016 – 16h

Eglise Sainte-Elisabeth de Hongrie (Paris 3ème- Métro Temple)

Salle Sainte-Elisabeth

Enfin, pour des raisons tant médiatiques que juridiques, l'association Oriflamme devient l'association Oriflammes: nos activités restent les mêmes. N'hésitez pas à nous rejoindre! L'adresse de notre blog évoluera dans les prochaines semaines: vous serez dûment informés.

Ce message constitue le 100ème depuis le lancement de notre blog. Nous vous remercions de votre confiance et de vos nombreux messages d’encouragement.

Nous vous souhaitons un Noël joyeux, fraternel et très chrétien, et vous disons à très bientôt.

Le Bureau de l’Association Oriflammes

Voir les commentaires

Rédigé par Association Oriflammes

Publié dans #Vie de l'association

Repost 0

Publié le 17 Décembre 2015

Aujourd'hui en kiosque

Voir les commentaires

Publié dans #Actualité

Repost 0

Publié le 15 Décembre 2015

Venez écouter des chants orthodoxes russes et goûter à la beauté, à la profondeur et à la force de ces chants qui perpétuent la tradition russe aux mélodies vibrantes de profondeur ! A l'occasion des fêtes de Noël, concert exceptionnel de chants orthodoxes russes dans la tradition polyphonique du monastère de la Trinité Saint Serge de Moscou par le chœur d'hommes "Chantres Orthodoxes Russes". Chant a capella sous la direction de Egor SOLOVIEV

Informations pratiques:

Date et horaire: dimanche 20 décembre à 16h

Lieu: Eglise Saint-Lubin - Place Jeanne d'Arc - Rambouillet

Libre participation aux frais

Page Facebook: ici.

Voir les commentaires

Publié dans #Musique

Repost 0

Publié le 14 Décembre 2015

Des trois bibliothèques parisiennes que comptait l’Ordre Dominicain à la veille de la Révolution, celle du couvent de la rue Saint-Jacques était la plus ancienne. Elle fut établie en 1218, soit trois ans à peine après la fondation du premier établissement dominicain, à Toulouse, et alors que la création de l’Ordre des frères prêcheurs par saint Dominique venait tout juste d’être confirmée par le pape Honorius III.

De nombreux dons, modestes ou prestigieux – de saint Louis (1270) à Louis d’Orléans (1752) – ainsi qu’une activité pédagogique et intellectuelle intense, contribuèrent à la renommée de cette importante bibliothèque du Quartier Latin. Le noyau médiéval de la collection reflète l’activité du Studium generale, fondé à Paris pour assurer la formation théologique des prédicateurs : on y retrouve les textes sacrés, les instruments élaborés pour leur étude et leur confrontation, ainsi que les œuvres des nombreux théologiens de cet ordre particulièrement actif sur le plan spirituel et spéculatif.

L’exposition, conçue dans le cadre du 8e centenaire de la fondation de l’Ordre Dominicain (2015), reconstitue les contours de cette bibliothèque d’étude qui fut dispersée à la Révolution. Elle confronte les inventaires dressés lors de la suppression du couvent, et les manuscrits, incunables et livres imprimés provenant de ses fonds qui peuvent aujourd’hui être identifiés. Convoquant les grandes figures de l’ordre (Thomas d’Aquin, Albert le Grand, Hugues de Saint-Cher), l’exposition met aussi en valeur les œuvres de théologiens aujourd’hui moins connus (Jean de Gênes, Pierre de La Palud, ou encore Nicolas Coëffeteau), tous ayant en commun leur passage par le Studium generale parisien.

Informations pratiques:

Une bibliothèque retrouvée. Les livres du couvent des Jacobins de Paris du Moyen Âge à la Révolution. 14 décembre 2015 - 26 février 2016

Bibliothèque Mazarine

23, quai de Conti - 75006 PARIS

Entrée libre du lundi au vendredi, de 10h à 18h

Voir les commentaires

Publié dans #Expositions

Repost 0

Publié le 10 Décembre 2015

Marché médiéval de Provins, les 12 et 13 décembre 2015 :

L’association les Gardes-Foires de Champagne vous invite à découvrir la 6e édition du marché médiéval de Noël où des artisans démonstrateurs partageront leur passion pour les métiers du Moyen Âge.

Authentique et ludique, ce marché sera animé par des troubadours, jongleurs et des cracheurs de feu, pour le bonheur de toute la famille. Retrouvez également le marché en nocturne, avec un bal médiéval, des illuminations à la bougie, des animations de feu qui transformeront la place du Châtel en un lieu insolite et féerique !

A quelques pas de la place, dans la cour de l’école, princesses et chevaliers pourront se défier aux jeux en bois, tir à l’arc, faire un tour de poney…

Autres animations: crèche vivante (collégiale Saint Quiriace) & contes de Noël

Pour plus d'informations, cliquez ici.

Marché de Noël médiéval, Commanderie des Templiers de Coulommiers, le 20 décembre 2015:

- Des artisans spécialisés dans les articles médiévaux. - Des animations : * calligraphie : démonstration. * Cotte de maille : démonstration et initiation. * Tir à l'arc, si le temps le permet. * Contes médiévaux humoristiques. * Chorale : chants de Noël d'autrefois dans la chapelle. * Exposition sur la neige au travers des iconographies médiévales et les traditions de Noël au Moyen Age. *Ateliers jeux de table médiévaux pour les grands et les petits. * Atelier création de cartes de voeux: les enfants pourront, à partir d'images sur le thème du Moyen Age, découper, colorer et faire des collage pour réaliser une carte unique. * Volte Danse : initiation aux danses médiévales et Renaissance.

Pour plus d'informations, cliquez ici.

Voir les commentaires

Rédigé par Association Oriflamme

Publié dans #Evénements

Repost 0

Publié le 9 Décembre 2015

A Noël 1993, un vieil homme erre dans Rodez, où il demande, avec une humilité empreinte de noblesse, un peu de pain et de soupe. Lorsqu'on lui demande qui il est, il répond : Je suis Benoît.

Près de six siècles plus tôt, le concile de Constance a mis fin au grand schisme d'Occident en déposant le dernier antipape avignonnais, Benoît XIII. Pourtant cette lignée de papes rebelles ne s'est pas éteinte. Simplement, sa trace s'est perdue. Et voilà que les services secrets du Vatican lancent leurs meilleurs agents sur la piste du mendiant de Rodez, qui porte dans sa besace l'anneau du pêcheur, emblème de cette Eglise de l'ombre.

Mêlant le récit historique au thriller moderne, Jean Raspail nous conte dans un style inspiré, autour d'un personnage bouleversant d'humanité et de grandeur, le conflit éternel de la fidélité et de l'oubli, de la Foi toujours sommée de se soumettre au monde. Assurément le chef-d'œuvre d'un romancier passionné et visionnaire, follement épris de causes perdues.

L´anneau du pêcheur, de Jean Raspail

Date de parution: 1997-02-12

Editeur: LGF (EDITIONS)

Pour commander: éditions du Chiré

Voir les commentaires

Rédigé par Association Oriflamme

Publié dans #Livres

Repost 0

Publié le 8 Décembre 2015

Jubilé de la Miséricorde : les premiers pèlerins passent la Porte sainte de la basilique Saint-Pierre

Après le pape François, immédiatement suivi du pape émérite Benoît XVI, puis des cardinaux et évêques de la Curie romaine, les premiers pèlerins ont eu le privilège de franchir la Porte sainte de la basilique Saint-Pierre, le 8 décembre 2015 en milieu de journée. Parmi eux, des personnalités politiques et diplomatiques, mais aussi de simples fidèles venus en famille.

Parmi les tout premiers pèlerins qui ont pu passer le seuil de la Porte sainte de la basilique Saint-Pierre figuraient d’importantes personnalités politiques italiennes, comme le président de la République Sergio Mattarella et le président du Conseil Matteo Renzi. De nombreux membres du corps diplomatique auprès du Saint-Siège les ont précédés, parmi lesquels, également, l’ancien ambassadeur de France près le Saint-Siège, Bruno Joubert. Parmi les premiers à franchir le seuil de l’immense porte de bronze figurent aussi nombre de personnes handicapées.

« Ce fut très émouvant de passer cette porte, car je n’avais pas réalisé avant à quel point nous manquions de miséricorde à notre époque », a confié à I.MEDIA Tomaž Kunstelj, ambassadeur de Slovénie près le Saint-Siège, venu passer la Porte sainte avec son épouse et ses filles. « Un message de miséricorde est vraiment crucial pour la communauté internationale en ce moment, et pas seulement pour les croyants, mais pour toutes les personnes de bonne volonté », a-t-il estimé. La dernière fois que le diplomate a passé cette Porte sainte, c’était lors du Jubilé de l’an 2000. « Nos enfants étaient beaucoup plus petits, c’était un autre pape, une autre génération, se rappelle-t-il, ému. La passer à nouveau nous rappelle l’importance perpétuelle de demander pardon. »

Parmi les familles italiennes venues assister à l’ouverture du Jubilé, certaines ont même roulé toute la nuit pour avoir une chance d’être parmi les premiers à passer la Porte sainte. C’est le cas de Paolo, venu de Bari, dans sud de l’Italie, avec sa femme et sa fille, qui se dit « très chanceux ». La famille repartira dès ce soir pour Bari : « C’est à la maison que le vrai devoir de miséricorde et de pardon nous attend. » Antonio, sa femme Maria Giulia et ses filles ont participé quant à eux à la procession des offrandes pendant la messe. Le père de famille assure avoir eu une vraie « sensation de joie » en passant la Porte sainte. D’autres, en franchissant la porte, n’hésitent pas à se prendre en photo façon selfie.

Deux femmes, dans la basilique Saint-Pierre, discutent de vive voix, encore très émues après avoir assisté à l’accolade entre Benoît XVI et le pape François. Rose-Hélène est conseillère dans une ambassade d’un pays africain. Déjà touchée par l’ouverture de la ¨Porte sainte de la cathédrale de Bangui (Centrafrique), elle confie avoir pleuré quand le pape a poussé celle de la basilique Saint-Pierre :  « On sent un appel au changement, au renouveau, au pardon. C’est aussi un appel à dire non à la violence. » « Quand le pape a dit “Ouvrez les portes de la justice”, j’ai senti mes pieds trembler, confie à son tour Pauline, conseillère dans une autre ambassade près le Saint-Siège. Quand il a ouvert la porte, j’ai vraiment vu la gloire de Dieu s’illuminer sur moi. J’ai pleuré comme une petite fille et j’ai dit pardon à ceux qui m’ont fait du mal. »

Source: Famille Chrétienne, 8/12/2015

 

Voir les commentaires

Publié dans #Actualité

Repost 0

Publié le 6 Décembre 2015

Voir les commentaires

Publié dans #Histoire & Patrimoine

Repost 0

Publié le 5 Décembre 2015

Repost 0

Publié le 4 Décembre 2015

Fêtée le 4 décembre, sainte Barbe est la patronne des artilleurs. Chaque année le musée de l'Armée organise, en collaboration avec l'Ecole d'Artillerie de Draguignan et sa fanfare, un week-end festif mêlant performances, reconstitutions et présentation de matériels militaires.

Au programme, quatre tableaux de l'artillerie d'hier à aujourd'hui seront présentés entre 14h30 et 16h, accompagnés par la fanfare de l'Ecole d'Artillerie de Draguignan.

Adultes et enfants pourront ensuite aller à la rencontre des acteurs de la manifestation et tenter de répondre aux questions d’un livret -jeux remis gratuitement sur place. Chaque enfant recevra le badge de l’édition 2014 de la fête de la Sainte-Barbe.

Manifestation de 14h30 à 17h. Accès libre et gratuit pour tous.

Qui est sainte Barbe?

En l’an 235, Barbe, une belle et noble jeune fille de Nicomédie, en Turquie, aurait été enfermée dans une tour par son père, Dioscore, pour la soustraire aux sollicitations du monde. De retour d’un voyage, il apprend qu’elle s’est convertie au catholicisme et la livre au Gouverneur. Ce dernier la fait supplicier et décapiter par son propre père, qui est aussitôt frappé par la foudre et réduit en cendres. Au fil des âges, la tour finit par se confondre avec une poudrière, et Barbe, devenue sainte, est élue patronne des artificiers, des armuriers, des artilleurs, des mineurs et des sapeurs-pompiers. Aujourd’hui encore, elle est invoquée pour conjurer le tonnerre et les éclairs, ainsi que pour prévenir les accidents liés à l’explosion de la poudre à canon. Elle est fêtée chaque année le 4 décembre.

Voir les commentaires

Publié dans #Histoire & Patrimoine

Repost 0

Publié le 1 Décembre 2015

Pour ce programme de circonstance autour de l’histoire de la Nativité, Christophe Rousset a sélectionné de petits chefs-d’œuvre dans l’œuvre de Charpentier. Hymnes sacrées et pièces instrumentales célèbrent la fête de Noël, si chère aux compositeurs de cette fin du XVIIe siècle.

Les Noëls pour les instruments révèlent par exemple la délicieuse naïveté de la tradition populaire. Les flûtes des bergers se joignent aux violons pour nous donner à entendre des mélodies populaires, ces célèbres « timbres » connus de tous, parés d’une écriture savante. Les pièces vocales sur une prosodie latine revêtent un caractère plus solennel liturgique, tout en gardant la douceur et la fraîcheur de Noël.

 

♦ PROGRAMME

Marc-Antoine Charpentier (1643-1704)
Litanies à la Vierge
Antiennes O de l'Avent
Noëls pour instruments
Motets pour la Vierge
Dialogum inter angeli et pastores
Magnificat à 3 voix

♦ LIEU: Chapelle royale

Cette exceptionnelle chapelle palatine sur deux niveaux fut édifiée par Jules Hardouin Mansart de 1699 à 1708 et terminée par Robert de Cotte en 1710. Jusqu’à la Révolution Française, la chapelle servit à toutes sortes de cérémonies religieuses dont le mariage de l’archiduchesse Marie-Antoinette avec le futur Louis XVI.

♦ DATE ET HEURE

Samedi 5 décembre 2015 - 20h

Pour plus de renseignements, cliquez ici.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Association Oriflamme

Publié dans #Musique

Repost 0