Articles avec #traditions tag

Publié le 11 Avril 2017

Le 11 octobre 1416, à l'église Saint-Jacques de Perpignan, les jardiniers (hortolans) et les tisserands (teixidors) fondèrent la Confrérie du Très Précieux Sang de Jésus-Christ, connue sous le nom de Confrérie de la Sanch. Ils subirent la puissante influence du Dominicain Vicens Ferrer (saint Vincent Ferrier), prédicateur de renom né à València en 1350, lequel s'entourait partout où il passait de pénitents revêtus d'une robe noire et d'une cagoule, et se flagellant pour la rémission de leurs péchés. A Perpignan, Vicens Ferrer vint deux fois, appelé à participer au Concile de La Real qui devait apporter la résolution du Grand Schisme d'Occident ; au début de l'année 1416, avant de quitter Perpignan, il prononça un sermon au couvent des Clarisses, et il semblerait que ce sermon déterminât la fondation de la Confrérie de la Sanch.

Celle-ci se fixa plusieurs missions : accompagner les condamnés à mort au gibet, recueillir leurs restes et les enterrer en terre consacrée, et commémorer la Passion du Christ lors d'une grande procession qui se déroulait le Jeudi-Saint. Les pénitents portaient sur leurs épaules des statues et des groupes statuaires, les « misteris », représentant chaque étape de la Passion du Christ, et leur cortège se déroulait au son du Miserere et des « goigs » spécialement composés pour l'événément. Au XVIIIe siècle, on verra apparaître les Vierges des Douleurs aux poignants visages.

Toujours au XVIIIe siècle, la procession de la Sanch fut victime de dérives ostentatoires, et de l'hostilité du clergé français. Monseigneur de Gouy d'Avrincourt édicta des interdictions qui réduisirent le sens et le contenu de cette manifestation authentiquement catalane, tradition religieuse touchée d'hispanité à laquelle le Roussillon entier se montrait très attaché.

Après la Révolution Française, la procession de la Sanch fut confinée dans l'étroit périmètre de l'église Saint-Jacques. Grâce à Joseph Deloncle, au Chanoine Mestres, curé de St Jacques, et à l'évêque Mgr Bernard, la procession de la Sanch retrouva les rues de la vieille ville en 1951, et depuis 1958 a lieu le Vendredi-Saint, l'après-midi, aux trois coups  sonnés au clocher de Saint-Jacques. Il s'agit d'une manifestation unique en France, héritage d'un Roussillon rattaché à la couronne de Catalogne-Aragon, puis d'Espagne, héritage d'une foi populaire qui a su garder fidèlement toute son authenticité. Chaque Vendredi-Saint, Perpignan baigne dans une atmosphère unique qu'il faut partager pour mieux comprendre la séculaire procession de la Sanch.

Source :  "La procession de la Sanch, six siècles de foi et de tradition" de Josianne Cabanas (Ed. Mare Nostrum). 

Source: www.perpignantourisme.com

Voir les commentaires

Rédigé par Association Oriflammes

Publié dans #Traditions

Repost 0

Publié le 27 Février 2017

Voir les commentaires

Rédigé par Association Oriflammes

Publié dans #Traditions

Repost 0

Publié le 22 Décembre 2016

Rédigé par Association Oriflammes

Publié dans #Traditions

Repost 0

Publié le 4 Novembre 2016

Rédigé par Association Oriflammes

Publié dans #Traditions

Repost 0

Publié le 19 Septembre 2016

Noblesse des traditions russes: quand les Cosaques fêtent Maslenitsa

Mars est le mois de Maslenitsa en Russie, fête populaire qui précède l'entrée dans le carême orthodoxe. La photographe Pascale Bazire nous en dévoile un aspect inattendu et hautement viril, aux cotés des Cosaques de l'Oural.

C'est d'abord aux danses folkloriques, aux jeux pour enfants et aux blinis auxquels Maslenitsa est associée. Pascale Bazire, photographe française, qui veut capter dans ses photographies l’âme russe et sa réalité, nous fait découvrir un autre visage de la fête : celui des Cosaques de l'Oural (Cosaques d'Orenbourg sous leur nom officiel) qui chaque année organisent à cette occasion des jeux de combat dans la neige.

L'esprit y est patriotique, guerrier mais sans violence gratuite ni animosité. Nous sommes dans un jeu avec des règles précises, un arbitre respecté et l'absence totale d'alcool.

La fête a lieu dans un parc d'Ekaterinbourg, situé près du mémorial commémorant les Romanov assassinés en 1917 non loin de là.

Après les traditionnels jeux pour enfants, les ballades en troïka et les chants folkloriques, le point culminant des festivités est la grande bataille dans la neige, à la mode cosaque. Le public est là, de tous âges, enthousiaste, les filles soutenant joyeusement leurs hommes valeureux.

La bataille commence par une sorte de mêlée où les deux camps se sont face et s'intimident. Tous les participants, pleins d'ardeur, jouent totalement le jeu.

Noblesse des traditions russes: quand les Cosaques fêtent Maslenitsa

Après la phase d'approche, c'est une sorte de rugby qui se met en place avec comme objectif l'assaut final du château de neige.

Côté vestimentaire, c'est un mélange à travers les époques, entre tenues typiques des Cosaques, joggings de l’ère moderne et l’éternel treillis militaire si populaire en Russie.

Et parfois des têtes surgies d'un autre temps…

Pour découvrir la suite, cliquer sur le lien ci-dessous.

Voir les commentaires

Rédigé par Association Oriflammes

Publié dans #Traditions

Repost 0

Publié le 13 Septembre 2016

Cérémonies pour la Saint Alexandre Nevski - Saint-Petersbourg - 12 septembre 2016 (merci à Alexis TCHERTKOFF, des Chantres orthodoxes russes, pour le lien).

Voir les commentaires

Rédigé par Association Oriflammes

Publié dans #Traditions

Repost 0

Publié le 4 Avril 2015

"La Légion a renoué jeudi avec la tradition et a débarqué au port de Malaga pour accompagner la procession de l’après-midi avec les titulaires de la Confrérie du Mena, le Christ de la Bonne Mort et des Âmes et Notre-Dame de la solitude. La cérémonie s’est déroulée en présence du ministre de la Justice, Rafael Catala; du délégué du gouvernement andalou, Antonio Sanz; du Secrétaire d’État à l’UE, Inogo Méndez de Vigo; du président des Baléares, José Ramon Bauza, et du directeur général de la police, Ignacio Cosidó. À 10h20, les manœuvres d’amarrage du navire de troupe « Contramestre Casado » ont débuté au quai 2 du port de Malaga. C’est le plus ancien navire de troupe de l’Armada espagnole en service, à l’exception du « Juan Sebastián Elcano », avec 104 mètres de long et 14 mètres de large. En formation sur le pont du navire, les légionnaires ont chanté «le fiancé de la mort» pour la plus grande joie des milliers de Malaguenos qui ont assisté à l’amarrage puis au défilé dans les rues de la ville, au rythme de 160 pas par minute.

Ce crucifix a été fait en 1942 par Francisco Palma Burgos et s’inspire de l’œuvre originale de Pedro de Mena y Medrano, disparu dans les événements de mai 1931 et dont la Confrérie de Mena porte le nom. Pour la procession, placé sur un trône, il pèse 2.500 kilos et nécessite 235 hommes tandis que la statue de María de la Soledad qui date du XVIIe siècle, est portée en procession sur un trône d’un poids de 4.200 kg porté par 255 hommes . Cette année, un groupe d’environ 200 soldats de la Légion de la caserne de Viator (Almería) sont en Irak et s’occupent de la formation des forces armées du pays au sein de la Coalition Internationale qui se charge de lutter contre l’EI. C’est aussi la première année qu’un légionnaire féminin participe au port du Christ de la Bonne Mort."

Source: La nouvelle gazette française.

Voir les commentaires

Rédigé par Association Oriflamme

Publié dans #Traditions

Repost 0

Publié le 5 Novembre 2014

"Kyrie des Gueux", chanté lors de l'arrivée des Routiers Scouts d'Europe dans la Basilique Sainte Marie-Madeleine de Vézelay après quatre jours de marche.

Voir les commentaires

Rédigé par Association Oriflamme

Publié dans #Traditions

Repost 0

Publié le 9 Avril 2014

 

Chers lecteurs,

Nous signalons à votre attention un site fort intéressant, consacré aux traditions profanes et sacrées de la Suisse et fort justement appelé "Lebendige Traditionen" ou "Traditions vivantes".

Processions, marches ou pèlerinages y sont répertoriés au sein d'un calendrier ou par ordre alphabétique, dévoilant les multiples richesses d'un étonnant pays.

Le 9 avril de chaque année se déroule ainsi la Procession de Näfels, puisque:

"Le 9 avril 1388, un groupe d'environ 600 Glaronnais, soutenus par des hommes d'Uri et de Schwyz, remportèrent une victoire éclatante sur une armée autrichienne supérieure en nombre. Celle-ci avait pour mission de reprendre le territoire de Glaris pour le compte des ducs de Habsbourg, et de punir les Glaronnais pour leurs agissements dans la Linthebene. L'armée pénétra profondément dans le territoire de Glaris, mais fut terrassée et repoussée alors qu'elle était occupée à voler du bétail près de Näfels. La procession de Näfels commémore cette victoire par un service religieux, une procession et une allocution politique. Cette fête fait partie intégrante de la vie publique du canton de Glaris et réunit les honneurs funèbres religieux de type médiéval et les fêtes patriotiques laïques dans la tradition des commémorations militaires du 19e siècle. La fête réunit chaque année près de 1000 personnes."

http://www.lebendige-traditionen.ch/

Traditions vivantes de Suisse

Voir les commentaires

Publié dans #Traditions

Repost 0